Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Nouveaux et anciens médias : prêts à collaborer ?

Nouveaux et anciens médias : prêts à collaborer ?

jeudi 30 mars 2006

Il y a quelque temps, Cyrille Fiévet faisait remarquer avec justesse à quel point la presse traditionnelle pouvait ignorer de manière étrange l’explosion des usages sur Internet. L’incompréhension entre anciens et nouveaux médias, semble s’être depuis un peu réduite, avec les initiatives des quotidiens Le Monde, qui offre désormais une plate-forme d’hébergement de blogs à ses lecteurs, et dont les journalistes bloguent aussi. D’un autre côté, l’investissement important des radios de Radio-France dans le podcasting est un élément qui permet peut-être de constater qu’une révolution culturelle est en train de s’opérer.

Plus récemment, l’échec relatif de l’appel à contributions lancé par Libération en direction des manifestants contre le CPE, sollicités pour envoyer leurs photos de l’événement, illustre bien le fond du problème que pose ce genre de démarche : on voit bien l’intérêt du quotidien à engager une telle démarche ; mais quel est celui du photographe amateur, qui n’est évidemment pas rémunéré pour son travail ? Avoir la satisfaction d’être « publié » sur le site d’un journal prestigieux ? Croire qu’une telle motivation puisse encore être efficace serait oublier la profonde crise de légitimité que vivent les médias traditionnels aujourd’hui.

Dans ce contexte, l’initiative de la société texane Pluck, constitue une évolution intéressante : Blogburst se présente comme un service d’intermédiation entre journaux traditionnels en ligne et blogueurs amateurs. Ces derniers peuvent s’inscrire sur Blogburst et offrir aux journaux le texte intégral de leurs billets via un fil RSS par syndication, pour republication. En contrepartie, l’affichage de la source avec un lien vers le site d’origine est garantie, ce qui devrait avoir pour effet d’accroître considérablement le trafic des blogs dont les billets ont été sélectionnées.

A priori, les blogueurs ne devraient pas être rémunérés pour les contenus qu’ils mettent à disposition, dans un premier temps (ils sont rémunérés en trafic), mais la possibilité d’une véritable rémunération n’est pas à exclure dans un second temps, semble-t-il.

Via Online Journalism review qui publie une analyse de fond sur le sujet


Voir en ligne : Ojr