Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Festival Mal au Pixel

Festival Mal au Pixel

mardi 4 avril 2006

Edition francilienne du 19 au 29 avril 2006
Ars Longa, Confluences, Mains d’Œuvres

PixelACHE / Mal au Pixel, c’est :

- un festival international sur les pratiques DJ/VJ depuis 2002,
- l’actualité des cultures électroniques : art, société, musiques actuelles à travers 50 projets,
- un laboratoire ouvert sur les outils libres de création et d’édition électronique,
- une scène pluridisciplinaire pour découvrir les recherches en cours et les formes à venir,
- un rendez-vous transversal proposé par trois lieux concernés en Ile-de-France.

Présentation :

Le festival international PixelACHE (littéralement « Mal au pixel ») est à l’initiative d’acteurs associatifs finlandais, Piknik Frequency et Katastro.fi. Le festival trouve son origine dans l’essor des pratiques de DJing/VJing au tournant du millénaire, que les quatre éditions précédentes ont toujours cherché à mettre en relation avec les pratiques numériques et médiatiques actuelles. Accroché à Helsinki, PixelACHE circule d’année en année dans une nouvelle capitale en partenariat avec des structures locales (New York, Montréal, Stockholm, Bratislava) et arrive cette année à Paris, accueilli par Ars Longa, Confluences et Mains d’Œuvres avec la complicité également de l’Institut finlandais et de Project 101, sous le titre « Mal au Pixel ».

Ce rendez-vous se construit autour des points de tensions Arts, Nouveaux Médias et Société. Il s’attache en particulier à présenter les nouvelles pratiques artistiques et citoyennes qui émergent de l’usage des outils, réseaux et autoroutes de la communication. Mal au Pixel est un événement pluridisciplinaire qui vise à rendre compte des pratiques en émergence : expériences audiovisuelles, recherches en cours dans les domaines de l’interactivité, de la communication et des médias, et des pratiques artistiques expérimentales.

Le festival s’attache à présenter l’actualité de la recherche et des processus en formation au sein des cultures électroniques, au titre desquelles les médias libres, la création artistique transdisciplinaire, les pratiques musicales et audiovisuelles actuelles. Son positionnement sur les pratiques audiovisuelles, artistiques et sociétales en fait un rendez-vous singulier, où les sphères de la prospective artistique et sociétale habituellement plutôt étanches sont amenées à se rencontrer et à échanger.

La programmation artistique de Mal au Pixel offre à de nombreux nouveaux acteurs de la scène artistique internationale de se rencontrer, de confronter leurs pratiques et de nouer de nouveaux réseaux. Le festival n’a pas pour volonté de présenter à ses publics les créations internationales majeures, à l’instar des festivals dominants, mais l’actualité des recherches et pratiques émergentes dans les cultures électroniques, et une prospective sur les tendances et les mutations à venir, des recherches au proche et au lointain.

>> Prospection française et internationale :

En prévision de l’édition de mars 2005, un premier appel fut communiqué aux réseaux artistiques nationaux et européens en octobre 2004, afin de consolider la participation d’artistes issus du territoire national, puis un second pour l’édition 2006 en juin 2005. Les entrées proposées concernent des projets finalisés ou en cours de développement :

* Expérimentation électronique et interaction
* Idéologie et politique des nouveaux médias
* Performances sonores et visuelles
* Jeu vidéo création « jouables »

>> les axes du festivals

* Rendez-vous citoyen : le thème de l’édition 2005-2006 du festival, le « boom dot org », vise à faire se rencontrer les nouveaux acteurs de la société de l’information et les scènes artistiques dans une unité d’espace et de temps.
En moins de dix ans, la massification des nouveaux médias et des systèmes de contrôles numériques ont révolutionné les modes de cognition, individuels et collectifs. Le développement exponentiel de ces technologies et leur réappropriation par différents réseaux citoyens (communautés gravitant autour des logiciels libres et « open source », activistes et médias libres, artistes…) a définitivement transformé les processus sociétaux : mnémotechniques, langages et savoirs sont au cœur de ces mutations. Il importe aujourd’hui de dévoiler les processus des telles transformations, avec les différents publics.

* Rendez-vous artistique : face au boom technologique planifié et massifié par l’industrie, les artistes accompagnent cette transformation en bousculant les déterminismes d’une société qui tend à privatiser et mystifier les outils. Chaque proposition artistique est un vecteur d’interrogation et d’émancipation, sous forme d’exposition, d’installations, de performances, d’ateliers et toutes formes de narrations interactives. Dans la rencontre avec les champs citoyens, de nouvelles articulations s’opèrent et donnent leur place à des formes hybrides, où l’art investit l’espace social et se renouvelle dans sa participation à la vie de la cité.

* Rendez-vous prospectif : Le festival est un partage de savoir-faire, d’expériences et de débats pour contribuer à la diffusion de nouveaux savoirs au sein des communautés d’artistes, d’universitaires, d’ingénieurs mais aussi et surtout dans le cadre de débats et de rencontres publiques. Projets, prototypes interactifs, suites logicielles libres ou « open source » sont présentés à travers des ateliers professionnels et des séminaires ouverts à tous publics, et alimentent la réflexion sur les nouveaux usages des TIC (Technologies de l’Information et la Communication).

* Rendez-vous festif : Les musiques électroniques actuelles et la création audiovisuelle conjuguent leurs talents pour imaginer de nouvelles pratiques festives. Le festival présente des émergences au sein des cultures électroniques et s’aventure dans les prototypes des expériences audiovisuelles de demain. Les publics amateurs du domaine musical sont invités à découvrir les pratiques connexes (sociales, artistiques) sur les sites du festival.

>> lieux de programmation

Du 30 mars au 2 avril :

Pixelache à Helsinki : http://www.pixelache.ac
exposition et lives au Kiasma Museum of Contemporary Art,

Du 8 mars au 29 avril :

Institut finlandais : 60, rue des Ecoles 75005 Paris, tél. 01 40 51 89 09 – http://www.institut-finlandais.asso.fr
exposition d’un artiste finlandais pionnier de l’art électronique Erkki Kurenniemi et du réalisateur Mika Taanila, (8 mars - 28 avril)
le 8 mars : conférence de presse Mal Au Pixel
le 18 avril 2006 : ouverture officielle du festival, concert autour des instruments d’Erkki Kurenniemi

Du 19 au 29 avril :

Mains d’Œuvres : 1, rue Charles-Garnier, 93400 Saint-Ouen, tél. 01 40 11 25 25 – http://www.mainsdoeuvres.org
exposition, installations, performances,
rencontres publiques : ateliers et séminaires professionnels, showcases, conférences.
accueil d’une résidence internationale
soirée de clôture le 29 avril.

Ars Longa : 67, avenue Parmentier, 75011 Paris, tél. 01 40 24 16 64 – http://www.arslonga.org
Formations jeunes publics et adultes (en journée et début de soirée),
Ateliers professionnels.
Showcases

Confluences : 190 Bd de Charonne, 75020 Paris, tél. 01 40 24 16 – http://www.confluences.net
Installations
ateliers
lives « open laptop » (scène ouverte sur inscription),
lives audiovisuels (DJ/VJ) et performances.

Project IOI : 31, rue de la Rochefoucault, 75009 Paris, tél. 01 49 95 95 85 – http://www.project-101.com
Résidence de l’équipe de Myymälä, boutique et lieu de création sonore, visuelle et de design à Helsinki.
Lives les vendredis 21 et 28 avril en soirée.
Mini-market les mercredis 19 et 26 avril en journée.

Du 16 mars au 28 avril :

Galerie Vanessa Quang : 31 rue St Roch 75001 Paris – http://www.galerie-quang.com
exposition “Intoxication” par HeHe (Helen Evans, Heiko Hansen)


Voir en ligne : PixelAche