Comprendre la révolution numérique

Accueil > Archives > 24 heures avec Linux : du sang et des larmes (1)

24 heures avec Linux : du sang et des larmes (1)

mercredi 23 août 2006

Tout a commencé avec cet article : « Avec Freenas et NasLite, le PC se prend pour un serveur de fichiers » : je cache dans ma cave une très vieille tour, grise et bourdonnante, un antique k6-2 sur lequel sont venus se greffer trois disques durs (4, 20 et 80 Giga), une carte firewire, un lecteur de DVD et un graveur de cd (en plus du lecteur d’origine), une carte usb2, deux cartes ethernets, deux barrettes émmoires de 128 Mo DIMM (of course), une carte de décompression, sans oublier la carte vidéo elle-même, une authentique Voodoo 3dfx (Phoenix) de la belle époque ; auxquels ils faut ajouter depuis peu un superbe disque externe USB de 160Go. Autant dire que cet ordinateur, même si, depuis, il a été remplacé dans mon quotidien par des successeurs autrement plus puissants, et surtout plus portables, n’a jamais cessé de tourner. C’est avec lui que tout a démarré, que j’ai tout fait, tout découvert. Bref, cette machine sale et vieille a pour moi une valeur affective ; il est hors de questions de la mettre au rebut. Et d’ailleurs, un ordinateur, ça ne se jette pas ; c’est un peu comme le cochon, on peut toujours en faire quelque chose.

Mais alors, justement, qu’en faire ? Depuis pas mal de temps, il tourne en serveur de fichiers partagés et ftp sous un Windows XP pas vraiment genuine et bien trop mastoc pour ses faibles capacités. Ça rame, ça déconnecte, le ftp mange la moitié des fichiers au transfert, etc. Et puis, faire tourner Windows XP juste pour du partage d’espace disque, c’est un peu ballot. Je vois déjà tous les lecteurs de LPDV se précipiter sur leurs claviers pour me dire que Linux fait très bien cela. Et d’ailleurs, c’est une des qualités morales de cet OS que d’éviter le cimetiere aux vieux grognards du siècle dernier. Et je suis d’accord avec eux : Samba et ftpd, y a que ça de vrai...

Les installs Linux, je m’en étais cogné un certain nombre dans l’ancien temps : toutes les Mandrakes de la 7 à la 10 y sont passées. Lorsque la dernière en date m’a fusillé sans sourciller un an de mail, j’ai décidé d’arrêter les frais. J’ai fait autre chose, j’ai redécouvert qu’il y avait une vie au delà de Lilo. J’ai vieilli sous Windows... jusqu’à ce que je tombe sur cet article. Pensez ! un mini système d’exploitation, entièrement construit autour des disques en réseau, il n’y a pas à hésiter ! Et j’ai replongé. Pour mon plus grand malheur.

Demain, je vous raconterai comment 32Mo peuvent faire basculer la vie d’un homme.