Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > La déferlante silencieuse

La déferlante silencieuse

mercredi 30 août 2006

Cela fait un certain temps que l’on parle, dans les milieux avertis, des puces dites TPM (pour Trusted Computing Module) et de l’informatique dite de confiance : TCPA. Concrètement, cet acronyme désigne habituellement l’insertion au coeur des ordinateurs de processeurs spécifiques contrôlant de manière systématique la signature de chacun des éléments, matériels ou logiciels, au moment d’être activé ou lancé.

Pour cela, la puce TPM est en relation avec un tiers de confiance auprès duquel tout périphérique ou tout programme doit être dûment enregistré. L’intérêt du dispositif est qu’il repose sur un élément matériel dont l’activité est antérieure à toute autre au sein de l’ordinateur. Il ne peut donc logiquement y avoir corruption de ce dernier par un quelconque virus ou programme malveillant ; de la même manière, les entreprises participant à ce programme (le Trusted Computing Group : Microsoft, Sun, Apple, IBM, Intel, AMD, etc.) espèrent ainsi produire une parade absolue au piratage.

D’un autre côté, un certain nombre de voix, émanant le plus souvent du logiciel libre, ont émis de sérieuses réserves. On craint en effet que l’industrie du logiciel n’en profite pour verrouiller son marché aux nouveaux acteurs, en rendant difficile et coûteux d’enregistrer son programme par exemple (c’est particulièrement vrai pour les logiciels libres dont bon nombre sont produits sur des bases organisationnelles informelles). D’autres observateurs s’inquiètent des conséquences qu’un tel système pourrait avoir sur la protection de la vie privée, puisque des informations sont transmises par la puce sans le contrôle de l’utilisateur.

Le programme TCPA ne fait pas l’objet d’une grande communication auprès du public. Pourtant, son déploiement est bien avancé, fait remarquer Benoar, un contributeur du magazine en ligne Linuxfr. Faisant tout simplement le tour des catalogues des principaux fabricants d’ordinateurs, il a vérifié, pour chacun des modèles s’il est doté ou non d’une puce TPM. Sa conclusion est sans appel. TCPA est aujourd’hui présent sur la plupart des modèles haut et moyen de gamme professionnels, par l’intermédiaire notamment des processeurs Intel Duocore qui les équipent. C’est le cas en particulier des ordinateurs vendus sous la marque Apple, passés depuis peu sous architecture Intel.

Comme Benoar le fait remarquer, les enjeux d’une telle technologie sont suffisamment importants pour qu’on juge nécessaire d’en débattre. Il faut peut-être s’inquiéter qu’elle se diffuse ainsi rapidement en silence sans qu’une réelle prise de conscience l’accompagne.


Voir en ligne : Journal de Benoar