Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Quelques recommandations pour une cybercampagne plus civilisée

Quelques recommandations pour une cybercampagne plus civilisée

samedi 21 octobre 2006

Les échéances électorales se rapprochent. Comme d’habitude, l’utilisation des nouvelles technologies par les candidats semble être plus intensive, plus profonde que lors des précédentes. Mais cette intensification ne va pas sans susciter des questions, en particulier sur le cadre réglementaire dans lequel elle s’inscrit. Il est en effet important de préserver une égalité formelle entre tous les candidats afin que les règles du jeu démocratique ne soient pas biaisées. Le Forum des droits sur l’Internet vient de publier une recommandation sur le sujet. S’il estime que la protection du pluralisme n’a pas besoin de faire l’objet d’attentions particulières, contrairement à la presse classique, en raison de la facilité avec laquelle on peut diffuser son opinion sur le réseau, l’organisme parapublic montre en revanche que sur la plupart des autres sujets (fin de campagne officielle, publication des sondages, comptes de campagne), il convient d’appliquer la loi générale aux sites de campagne des candidats. Un observatoire de la Web campagne va être mis en place, qui rendra compte de la manière dont celle-ci se déroule.

Mais la campagne électorale ne se déroule pas uniquement sur le web ; c’est même plutôt par le moyen du courrier électronique qu’elle risque d’être la plus virulente, comme en témoigne l’affaire du sarkospam qui a fait grand bruit en son temps. Prenant cette fois les devants, la CNIL vient d’émettre à son tour une recommandation=391&cHash=1cca7d85ed] sur l’utilisation des fichiers commerciaux à des fins politiques. L’idée générale est qu’on ne peut adresser un courrier de propagande politique à une personne que si elle a été prévenue que la communication de son adresse pouvait être utilisée à cette fin. Ainsi, les détenteurs de bases commerciales ne pourront utiliser ces bases à des fins politiques qu’après avoir demandé l’autorisation aux personnes dont elles détiennent les coordonnées

Via Mad’s blog


Voir en ligne : Mad’s blog