Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Lecture : des NTIC aux TICN

Lecture : des NTIC aux TICN

mardi 21 novembre 2006

Françoise Paquienséguy est professeure de sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 à Vincennes. Dans une série de publications, dont une en particulier expose très clairement ses arguments, elle propose de ne plus parler de « nouvelles technologies de l’information et de la communication », expression utilisée à partir des années 80, pour s’intéresser désormais aux « technologies de l’information et de la communication numériques ».

Derrière les mots, c’est en fait une nouvelle approche qu’elle défend dans cet article. Numérique : voilà le pivot d’une véritable rupture pour comprendre les usages d’objets - téléphones portables, appareils photos, pda, ordinateurs portables - qui sont très différents de leurs prédécesseurs analogiques. En ce sens, ils démarrent une nouvelle lignée d’objets techniques qui se distinguent par quatre caractéristiques : -la polyvalence, l’ouverture, l’interconnexion, - et la perte de fonction dominante. De ces quatre caractéristiques, c’est la dernière qui est la plus nouvelle et la plus intéressante. Elle renvoie à ce que Françoise Paquenséguy appelle des « migrations des fonctions » qui font que ces objets à plusieurs faces deviennent totalement hybrides que ce soit dans leur configuration technique ou l’environnement commercial dans lequel ils sont distribués. Il semble bien que ce soit le contexte qui détermine l’usage à tel ou tel moment.

Gaston Lagaffe, excellent penseur des techniques, a filmé toutes ses vacances avec une perceuse, déclenchant l’hilarité de Prunelle. Nul ne s’étonne aujourd’hui de faire la même chose avec un téléphone...


Voir en ligne : Les TIC aujourd’hui : constats, questionnements et hypothèses