Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Un retour à la normale pour les navigateurs Web ?

Un retour à la normale pour les navigateurs Web ?

dimanche 10 décembre 2006

Avec 23% de parts de marché, le navigateur web Mozilla Firefox continue sa percée en Europe. Selon la société Xiti, fournisseur de services statistiques pour le Web, le principal concurrent à Internet Explorer aurait donc été utilisé dans 20% des cas en France, 33% en Allemagne et jusqu’à 40% en Slovénie au cours du mois passé. L’Espagne, l’Italie et le Portugal en revanche, constituent une sorte de front de résistance latin où le navigateur proposé par Microsoft détient encore plus de 85% de parts de marché.

Cette situation, et la tendance qu’elle révèle, pourrait constituer une bonne nouvelle pour la fondation Mozilla qui promeut son logiciel, mais aussi pour l’ensemble du secteur. Ce dernier en effet, longtemps dominé à plus de 90% par un seul acteur semblait bloqué dans une situation monopolistique avec les conséquences négatives qui sont habituelles dans ce cas : absence d’innovation, baisse de qualité des produits et augmentation des externalités négatives pour les secteurs en amont (systèmes d’exploitation) et surtout en aval (concepteurs de sites Web). Ainsi, les coûts de développement nécessaire à la mise en place d’un site Web sont-il augmentés d’autant de versions que connaît Internet Explorer puisqu’aucune d’entre elles n’interprète le code html de la même manière.

La percée de Mozilla Firefox conduit certains observateurs à espérer un retour à la normale pour le secteur des navigateurs Web. A terme, c’est une élévation de qualité des produits et un mouvement général vers une standardisation du comportement des logiciels qu’on serait en droit d’espérer, pour le plus grand bénéfice des consommateurs.


Voir en ligne : Le cap des 23% d’utilisation de Firefox est franchi en Europe