Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > D’une présidentielle à l’autre

D’une présidentielle à l’autre

lundi 7 mai 2007

Une campagne s’achève ; une autre commence. Alors que la France vient d’élire son nouveau Président de la République, les Etats-Unis s’apprêtent à leur tour à désigner, au sein de chaque parti, les candidats qui pourront s’affronter au cours des prochaines élections. Internet joue un rôle croissant dans le débat démocratique qui se met en place à cette occasion. Et parmi les moyens d’expression accessibles à tous, les vidéos diffusées par les internautes militants sur les plate-formes de partage comme YouTube et DailyMotion, parmi d’autres. Le phénomène a été bien détecté et analysé par Rémy Douine et André Gunthert, deux chercheurs en sciences sociales, qui se sont proposé d’en mesurer l’importance tout au long de la campagne française.

Un certain nombre de personnalités aux Etats-Unis, parmi lesquelles le célèbre juriste Lawrence Lessig, se sont inquiétées publiquement du statut juridique qui allait être attaché aux retransmissions télévisées des débats entre candidats, qui n’allaient pas manquer d’avoir lieu au cours des mois à venir. Ces retransmissions sont en effet de plus en plus souvent enregistrées, découpées, remixées et finalement réutilisées par un certain nombre d’internautes militants, qui en rediffusent des morceaux au sein de leurs propres clips vidéos.

Selon le régime classique de la propriété intellectuelle, ces réutilisations sont parfaitement illégales parce qu’elles contreviennent au droit d’auteur des chaînes qui les diffusent, ou des producteurs qui les réalisent. Lessig et ses amis craignent que certains candidats s’appuient tout simplement sur ce droit de propriété intellectuelle pour faire taire leurs contradicteurs. Le régime dit du fair use, qui constitue aux Etats-Unis des exceptions au droit d’auteur est en effet trop complexe pour fournir dans ce cas une garantie suffisante. Ils demandent donc que ces débats, que l’on peut considérer comme relevant du bien commun d’une nation démocratique, soient diffusés sous un statut juridique qui autorise chacun d’en faire l’usage qu’il souhaite, librement, à condition que la paternité du premier diffuseur soit reconnue. Domaine public ou licence Creative Commons, peut importe au fond. L’essentiel est que les conditions légales de diffusion de ces débats soient adaptées aux profondes transformation du débat public par l’effet des nouvelles technologies.

Leur initiative a déjà reçu le soutien de plusieurs candidats à la candidature. La chaîne d’information en continu CNN vient d’annoncer que l’ensemble des débats qu’elle diffuserait le seraient sans aucune restriction d’aucune sorte.


Voir en ligne : OA to presidential debate videos