Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Portables lycéens : un bilan mitigé

Portables lycéens : un bilan mitigé

vendredi 11 mai 2007

Après bientôt une décennie d’efforts financiers consentis par les lycées américains pour doter leurs élèves d’ordinateurs portables susceptibles de les aider à réussir leurs études, un certain nombre d’entre eux ont décidé de mettre un terme à leurs programmes après en avoir fait le bilan.

D’après plusieurs articles, parus ces jours-ci dans le New York Times et d’autres journaux, ce bilan n’est en effet pas très reluisant. Sur le plan financier d’abord, car les coûts d’acquisition et de maintenance surtout de centaines de portables sont exorbitants. Sur le plan des usages, la plupart des proviseurs n’ont pu que constater que ces ordinateurs servaient d’avantage à jouer, télécharger des films porno et éventuellement hacker divers systèmes informatiques, plutôt qu’à étudier. Les systèmes wifi de leur côté, permettant aux élèves d’accéder à Internet depuis n’importe quel point du campus, sont régulièrement saturés.

Au delà de l’anecdote, des mesures très précises de l’impact que l’utilisation de ces ordinateurs pouvaient avoir sur les résultats scolaires des élèves et leur capacité à assimiler les connaissances enseignées ont révélé dans la plupart des cas une absence totale d’amélioration. Le fond de la question est en effet de savoir s’il y a une adéquation entre les objectifs pédagogiques que poursuit l’enseignement au niveau du lycée, et les capacités intellectuelles que développe ou favorise l’usage d’un ordinateur.

Comme le dit crument un enseignant cité par DailyTech : « Là où l’usage des portables et d’Internet font la différence, c’est sur la créativité, l’autonomie et la capacité de recherche. Si l’objectif est d’amener les élèves à un niveau minimal, alors il semble que les portables ne soient pas le bon outil. Mais si l’objectif est de faire émerger des Georges Lucas et des Steve Jobs, alors ils sont très utiles. »


Voir en ligne : Seeing No Progress, Some Schools Drop Laptops