Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > La programmation pour tous

La programmation pour tous

mercredi 23 mai 2007

Dans une récente note publiée sur Internet Actu, Rémi Sussan attirait l’attention de ses lecteurs sur l’existence d’un environnement de programmation destiné aux enfants. Scratch permet aux bambins de concevoir de véritables petits programmes en se servant, à la manière d’un lego logiciel, d’éléments précomposés qu’ils peuvent modifier et assembler à leur guise. Mais, fait-il remarquer, Scratch n’est pas le seul de sa catégorie. Un grand nombre d’environnement existent, qui ne reposent plus exclusivement sur l’écriture de code, mais sur la manipulation d’objets graphiques, délivrant les programmeurs en herbe du souci des erreurs de syntaxe qui rendent la programmation fastidieuse.

On ne peut qu’être frappé de la coïncidence de cet article avec la sortie récente de deux outils explicitement destinés à un public non informaticien, lui permettant de programmer très facilement des systèmes de transformation de flux RSS. Yahoo Pipes par exemple, permet, en branchant des boîtes les unes sur les autres, d’enchaîner plusieurs opérations (de fusion, division, traduction, remplacement, etc.) sur des flux RSS donnés en entrée et qu’on récupère transformés en sortie. RSSbus permet de faire à peu près la même chose, mais en passant cette fois par une syntaxe très simple, en XML. Ces deux outils s’adressent évidemment à une nouvelle catégorie de public, les « knowledge workers », qui, n’étant pas informaticiens, travaillent sur l’information. Positionnés dans leur domaine de compétence, ils ont besoin de pouvoir se fabriquer rapidement leurs propres outils de traitement de l’information sans pour autant devenir porgrammeurs professionnels.

Ces deux séries d’exemples mettent en lumière l’ampleur des mutations en cours. Etant donné l’évolution des technologies, le contenu même des compétences nécessaires à l’activité dans la société de l’information, ce qu’on qualifie souvent de digital litteracy, est en train de changer. Dans quelques années, il ne s’agira plus seulement de savoir lire et reconnaître l’information, ou manipuler des logiciels de base comme un traitement de texte ou un navigateur web, mais il faudra aussi avoir la capacité de programmer de véritables petits logiciels destinés à étendre notre capacité de traitement de l’information. Dès lors, deux importantes questions sont posées : celle d’un alphabet de programmation commun permettant aux utilisateurs de mobiliser les mêmes compétences dans plusieurs environnements, et celle du rôle de l’Ecole dans la nécessaire prévention contre la formation d’une seconde fracture numérique qui viendrait se loger pour ainsi dire à l’intérieur de la première, créant une société terriblement inégalitaire.


Voir en ligne : Internet Actu