Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Pas de ministre pour le numérique

Pas de ministre pour le numérique

jeudi 7 juin 2007

Homo Numericus l’a remarqué au lendemain de la formation du gouvernement : le casting est loin d’être satisfaisant pour tous ceux qui s’intéressent aux technologies numériques. Les ministres concernés (Culture, Communication et Industrie) n’ont pas de véritable expérience en la matière et n’ont jamais montré un quelconque intérêt pour tout ce qui touche au numérique, et ceux qui l’ont fait occupent des ministères très éloignés (Enseignement Supérieur, Affaires Européennes).

Pire : contrairement aux promesses de Nicolas Sarkozy lorsqu’il était candidat, les technologies numériques ne sont toujours pas reconnues comme un domaine suffisamment spécifique et important pour pouvoir bénéficier d’un interlocuteur unique, quel que soit son rang, au gouvernement. C’est ce que vient de rappeler, pour s’en plaindre, l’union professionnelle Alliance TICS, qui regroupe des entreprises du secteur des technologie de l’information et des telecoms. Mettant en avant un « besoin de coordination » (dix ministères concernés), elle estime qu’il faut faire de ce secteur « une priorité nationale pilotée par un membre du gouvernement ayant la légitimité élective, une expérience démontrée des NTIC et une capacité à construire le consensus économique, technique et surtout sociétal sur des sujets en évolution permanente ».

« La France d’après » sera-t-elle numérique ? les professionnels du secteur semblent en douter, et ils ne sont pas les seuls, qui ne voient pas de signe indiquant la mise en oeuvre d’une véritable politique pour ce secteur.


Voir en ligne : Alliance TICS