Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Quel avenir pour la régulation de l’Internet ?

Quel avenir pour la régulation de l’Internet ?

lundi 11 juin 2007

Président du chapitre français de l’Internet Society (ISOC), Sébastien Bachollet a récemment été élu en tant que représentant européen auprès de l’ICANN, cet organisme international chargé de définir les règles d’attribution des adresses et des noms de domaine sur Internet. L’ICANN a été au centre de nombreuses polémiques au cours des dernières années, en raison notamment de sa politique d’attribution des noms de domaines, mais aussi, et surtout, en raison de son mode de fonctionnement interne, jugé largement opaque et peu démocratique.

Lorsqu’on évoque le sujet de la gouvernance de l’Internet, au niveau international en tout cas, c’est à cet organisme que l’on pense le plus souvent, bien que son rôle réel ait décliné au cours des dernières années en raison des évolutions des usages de l’Internet. Sébastien Bachollet, tout comme ses collègues de l’At-Large Advisory Committee, n’ont qu’un rôle consultatif au sein de l’ICANN. Ils sont sensés représenter le point de vue des utilisateurs d’Internet, auprès du bureau directeur de cet organisme. Mais qu’il n’y ait pas de méprise. Lorsqu’on parle d’utilisateur dans ce contexte, on pense davantage aux entreprises qu’aux particuliers. En témoigne le parcours particulier de Sébastien Bachollet, venu aux questions de gouvernance de l’Internet par le CIGREF (Club Informatique des Grandes Entreprises), dont il a été le délégué général.

Mardi 12 juin à 11h30, le quotidien Le Monde l’invite a venir évoquer par chat l’avenir de la régulation de l’Internet.


Voir en ligne : Le Monde