Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Récompensé, Framasoft doit faire face à une crise de croissance

Récompensé, Framasoft doit faire face à une crise de croissance

mercredi 20 juin 2007

Framasoft, annuaire connu et reconnu de logiciels libres, a été récompensé lors de la rencontre Paris Capitale du logiciel libre, par un Lutèce d’Or, le reconnaissant ainsi comme « la communauté la plus active dans la promotion et dans la diffusion des logiciels libres ».

C’est une juste récompense pour cette initiative, à l’origine portée par quelques enseignants, ayant pour objectif d’encourager leurs collègues à migrer depuis les logiciels propriétaires vers les logiciels libres, et d’abord en leur permettant de prendre connaissance de l’offre existante. Depuis, c’est une large communauté qui s’est constituée et a diversifié ses activités avec le lancement d’une collection de livres (les Framabooks), ou encore la distribution de clés usb contenant un kit logiciel prêt à l’emploi (Framakey), avec un enthousiasme toujours aussi grand à la fois pour inciter à l’utilisation de logiciels libres, mais aussi pour améliorer le débat et la réflexion sur les implications « sociétales » des nouvelles technologies.

Mais tout n’est pas rose au pays du « peuple migrateur ». Car un billet publié dans le blog de l’équipe, et intitulé « Framasoft ou le prix à payer d’un certain succès », indique une certaine usure des fondateurs devant les charges de plus en plus importants que génère un projet aussi ample. Framasoft, entreprise associative et bénévole vit donc une crise de croissance que bien d’autres ont vécue avant lui. Après le succès populaire, c’est en effet le défi de la pérennisation qu’il lui faut relever, en particulier en s’appuyant sur des forces salariées. Ce qui signifie des rentrées financières significatives et régulières. Bref, Framasoft se déclare maintenant « officiellement à la recherche de fonds, subventions, partenariats publics ou privés, généreux mécènes... et de toutes les idées possibles et imaginables pour atteindre cet objectif qui, très concrètement, se chiffre charges comprises à un minimum de 40.000 € pour pouvoir démarrer l’exercice en janvier 2008. » A bon entendeur...


Voir en ligne : Framablog