Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > i>Médias : Conférences sur les nouveaux médias à Annecy

i>Médias : Conférences sur les nouveaux médias à Annecy

mardi 2 octobre 2007

i>Médias est un programme culturel organisé pour faire découvrir à tous les publics d’Annecy et sa région, les nouveaux systèmes de communication que nous utilisons aujourd’hui. Internet, téléphones portables, jeux vidéos, art contemporain, télévision numérique... bouleversent nos certitudes acquises, interrogent notre quotidien. L’interactivité, les réseaux d’informations, l’utilisation croissante des images numériques nous font découvrir de nouveaux mondes. I-médias invite des intervenants à partager en direct, leurs réflexions et leurs recherches sur ces sujets sensibles lors de visioconférences. Ces visioconférences sont présentées par les étudiants de la licence Information-Communication de l’Université de Savoie. Chaque groupe d’étudiants de la filière imagine avec l’intervenant une interface pour rencontrer le public, prépare les débats, organise la communication. L’ensemble de ce travail est enregistré et donne lieu à l’élaboration d’un CD-Rom. Les enjeux théoriques, esthétiques, pédagogiques et informationnels de ce module événement interactif sont intégrés dans le cursus de la formation. Ils sont étudiés et feront l’objet de débats. dans une recherche universitaire coordonnée par G-SICA (IREGE).

Ce programme est organisé par : l’Université de Savoie avec le concours de sa Mission Culturelle et le département Communication & Hypermédia de l’IMUS ; G-SICA (IREGE), Groupe Interlaboratoire sur l’Image, la Communication et les Arts numériques ; l’Espace Culture Multimédia des Carrés labellisé par le Ministère de la Culture, Imagespassages, association culturelle pour les arts visuels et médiatiques, CITIA, Cité de l’Image en Mouvement...

L’ensemble de ces visio-conférences se déroule à l’Espace Culture Multimédia de la MJC d’Annecy-le-Vieux

Programme

Jeudi 11 octobre : Carol Brandon et Franck Soudan : « More Sensitiv ». Après avoir été invitée par Carine Pauchon à créer une vidéo recouvrant littéralement l’ensemble de la mise en scène de « Sensitive Room » - construite autour des sonnets de Louise Labé (1524-1566) - Carol Brandon réalise une seconde vidéo où le jeu des comédiens est modifié en retour par leur propre représentation, projetée dans la mise en scène... Puis développe avec Franck Soudan une troisième version - More Sensitiv -, actuellement exposée sur la galerie virtuelle ©box (http://www.cbox-office.fr + http://www.cbox-office.com). Ce travail « in process » construit désormais une oeuvre polymorphe que nous pourrons découvrir - avec « Sensitive Room » présentée pour la première fois à Annecy - à l’ECM des Carrés... Après sa licence obtenue cette année Franck Soudan intègre un Master hypermédia à Paris 8. Carol Brandon est en poste depuis septembre 2007 à l’IUT d’Annecy-le-Vieux > http://www.artvideo-cb.fr

jeudi 22 novembre : Edmond Couchot : "Se considérant plutôt comme un « artiste intermittent » en marge du système de l’"art contemporain", Edmond Couchot se consacre de plus en plus à des activités théoriques. Passionné par les sciences et les techniques, et en particulier par la cybernétique, il fait partie, dès le début des années soixante, de la Société française de cybernétique (présidée par Abraham Moles, auteur bien connu de Théorie de l’information et perception esthétique) où se retrouvent, informaticiens, mathématiciens, architectes, philosophes, sociologues, musiciens, plasticiens et autres..." (sources Wikipédia). Edmond Couchot présentera son nouveau livre : Des images, du temps et des machines, dans les arts et la communication : « À l’heure où les technologies numériques tendent à contrôler de plus en plus étroitement la sphère de la communication et de l’art dans le monde et bouleversent nos relations avec les images, Edmond Couchot dévoile ici les articulations cachées qui lient ces dernières aux machines, mais aussi au temps. Toute image sécrète une temporalité qui lui est propre et ne livre son sens que si le regardeur la partage. À partir de ce constat, l’auteur décrit l’évolution des images et de la temporalité qui les caractérise — de l’icône médiévale à l’image numérique —, lorsque leur production, après avoir requis la main des peintres mobilise des machines de plus en plus complexes et autonomes. Edmond Couchot souligne en particulier les changements radicaux que nous vivons actuellement avec l’émergence d’une nouvelle temporalité imposée par les machines numériques (ordinateurs, réseaux mondiaux de communication, jeux électroniques ou dispositifs artistiques) qui affecte profondément nos comportements quotidiens et les fondements mêmes de notre culture. Toute notre manière de vivre et de concevoir le temps est à réinventer. » (Éditions Jacqueline Chambon / Actes Sud, Paris, 2007, résumé en 4ème de couverture).

jeudi 13 décembre : Norbert Hillaire : "La question de la transmission est indissolublement une affaire technique et temporelle. Les grands œuvres sont celles qui emportent avec elles l’énigme de leur propre réception à venir, comme proposition à la fois technique et « mystagogique ». En ce sens, le modèle de la transmission à venir (aux temps où la Transmission fondée sur l’autorité d’un maître et d’un savoir ne fonctionne plus) serait à chercher du côté de certaines sociétés qui s’avancent vers leur passé. Tel est le cas de certaines œuvres qui se présentent comme autant de pièges à retardement, et qui intègrent à leur propre poïèse le problème et l’incertitude de leur réception à venir se présentant ainsi comme des œuvres au futur antérieur. Œuvre à effet-retour ou à effet-retard et qui doivent anticiper sur les conditions techniques actuelles et à venir de la mémoire et de la transmission" (Résumé « Le futur antérieur de l’œuvre d’art » revue Multitudes, HS n°1, 2007).

jeudi 17 janvier : Hortense Gauthier & Philippe Boisnard développent depuis plusieurs années des activités liées à la performance, les NTIC, Internet et à l’édition de revues, comme par exemple la revue Talkie-Walkie & talkiewalkie.org. À cette occasion Hortense Gauthier et Philippe Boisnard réaliseront une performance en direct via Internet, depuis un lieu encore à définir. Cette visioconférence clôturera la journée des Sorbets Interactifs > http://talkiewalkie.org / http://www.hp-process.com / http://www.libr-critique.com


jeudi 07 février
 : Catherine Beaugrand. "Depuis près de vingt ans, Catherine Beaugrand mène l’enquête sur les processus que nous mettons en œuvre pour penser le monde où nous vivons, y compris dans ses mutations les plus pointues. Une formation scientifique et des études en ethnopsychiatrie nourrissent les débuts d’une recherche sur la manière dont la pensée prend forme et sens dans le champ de la représentation. L’image, lieu majeur de la représentation, s’inscrit d’emblée au cœur de sa démarche.Ses premiers travaux, qu’elle décrit comme « un cinéma sans film », recourent à l’image graphique et au dessin. Ils testent les capacités de l’image à figurer, à signifier, à convoquer des contextes de référence, à induire des structures narratives. En exploitant les possibilités morphologiques et syntaxiques de ce langage, Catherine Beaugrand élabore une sorte de grammaire de l’image dont le propos s’étend bientôt à l’objet, à l’espace de sa présentation et gagne d’autres langages" (Dominique Abensour, Le Quartier, Quimper). Son projet « Spectator » est également présenté dans la galerie virtuelle ©box. Cette visioconférence sera mise en place depuis La Cité du Design à Saint-Étienne (dans le cadre de la convention entre G-SICA et la Cité du Design).

jeudi 13 mars : Martin Le Chevallier. Né en mai 68, Martin Le Chevallier a d’abord exercé comme graphiste. À partir de 1996, il entreprend des recherches personnelles autour de questions sociales et politiques. Ces recherches débouchent sur des affiches diffusées en affichage sauvage puis sur le cédérom Gageure 1.0 (1999), une mise en forme labyrinthique du discours de l’entreprise. Il réalise ensuite Flirt 1.0 (2000), un jeu de séduction constitué d’extraits de films noirs américains, et un jeu de vidéo-surveillance, Vigilance 1.0 (2001). Il est pensionnaire de l’Académie de France à Rome d’octobre 2000 à septembre 2001 où il se consacre à l’évocation d’une société utopique, à travers une vidéo interactive : Félicité. Cet éloge de l’oisiveté suscite la conception d’une autre vidéo interactive, Oblomov (2001), dans laquelle il confronte l’inertie du personnage à l’impatience du spectateur. Il explore ensuite à nouveau ce support avec Une minute de silence (2003), un dispositif réalisé en collaboration avec l’écrivain Tiphaine Samoyault, qui propose une déambulation parmi les pensées et les perceptions de personnes réunies après le 11 septembre 2001. En 2003, il réalise deux nouveaux projets critiques : Safe society, une vidéo parodiant l’idéologie sécuritaire et Doro bibloc, un serveur téléphonique à l’écoute de nos pulsions consuméristes. En 2004, il met en scène les revirements existentiels du Papillon (2005), sa nouvelle vidéo interactive. Après avoir présenté en 2007 le Chicken Bench, un logiciel de combat, il travaille actuellement sur un projet d’encyclopédie utopique, « Abolitions » et sur un projet d’installation vidéo portative : « De qui êtes-vous l’avatar ? » > http://www.martinlechevallier.net


Voir en ligne : i>Médias

Messages