Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Google domine plus que jamais le marché de la publicité en ligne (entre (...)

Google domine plus que jamais le marché de la publicité en ligne (entre autres)

dimanche 4 mai 2008

C’est ce qui ressort du récent échec de Microsoft dans sa tentative d’achat de l’acteur historique Yahoo, numéro 2 de la publicité sur Internet. Après plusieurs mois de négociation et de bataille acharnée, Steve Ballmer, directeur général de Microsoft vient en effet d’envoyer une lettre à Jerry Yang, son homologue chez Yahoo pour l’informer de la fin des négociations. Microsoft renonce à acquérir Yahoo pour deux raisons au moins : tout d’abord le prix d’achat, bien trop élevé à l’issue de discussions au cours desquelles il a été relevé plusieurs fois ; mais aussi et surtout, à en croire la lettre envoyée par Steve Ballmer, un projet d’accord entre Yahoo et Google qui prévoirait une sorte de Yalta sur le marché de la publicité en ligne, le premier se réservant les bannières classiques, pour sous-traiter à son concurrent le secteur des liens contextuels sur les résultats de recherche.

Cet accord, dont on ne sait pas très bien s’il s’agit seulement d’un coup de bluff ou d’un projet réel, viderait de son sens une fusion entre les deux firmes, puisque celle-ci avait justement pour objectif de faire contre-poids à la domination de Google. A plusieurs reprises, à partir du moment où cette offre d’achat avait été connue, Yahoo avait exprimé son opposition à être absorbé par le géant du logiciel. Il faut dire que pour l’acteur historique de l’Internet qu’est Yahoo, cette perspective était loin d’être joyeuse, dans la mesure où Microsoft a toujours montré par le passé un certain manque de pertinence dans ce domaine.

Au lendemain du feuilleton haletant qui a vu s’affronter de très gros acteurs du numérique, le paysage risque d’être encore plus déséquilibré qu’avant. Pour Yahoo, la plupart des analystes prévoientun effondrement boursier dès lundi. Cette société devra faire la preuve dans les mois qui viennent de la solidité de sa stratégie si elle veut remonter la pente. Pour Microsoft, le désastre risque d’être encore plus grand : la société a une nouvelle fois fait la preuve de son incapacité à prendre pied sur Internet. C’est d’autant plus inquiétant qu’elle est soumise à une double pression : sur le marché des systèmes d’exploitation, la sortie de Vista a reçu un accueil glacial de la part des utilisateurs, professionnels et personnels, notamment en raison des défauts intrinsèques au logiciel. Mais le pire concerne le marché des applications bureautiques, où la suite de Microsoft, Office, est menacée, sur sa gauche, par le succès grandissant de concurrents libres, comme la suite Open Office, et sur sa droite, par le développement des applications en ligne, où un acteur en particulier, développe une offre de plus en plus attrayante. Il s’agit bien sûr de ... Google, avec son offre Google docs, disponible aussi pour les entreprises via Google apps. Avec ces échecs successifs, le magazine en ligne Techcrunch posait ce soir ouvertement la question de la démission de Steve Ballmer dont le rôle semble avoir été crucial dans cette affaire

Le leader de la recherche d’information voit donc ses positions renforcées et semble donc bien destiné à dominer largement et durablement, un paysage numérique en voie de stabilisation.


Voir en ligne : 01 net