Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Artistes unis contre la riposte graduée

Artistes unis contre la riposte graduée

lundi 15 septembre 2008

Pour la première fois, la scène du Net s’unit pour publier un texte
manifeste intitulé « Téléchargez-moi », qui dit non au projet de loi « Création
et Internet », projet présenté en juin par la ministre de la Culture que le
Parlement est supposé adopter cet automne.

Quatre-vingt-six artistes de milieux et de pratiques différents (art
contemporain, art urbain, net-art, design, architecture, graphisme,
littérature, poésie, son, théâtreŠ) signent cette pétition publiée sur
Poptronics.fr lundi 8 septembre et dans « Libération » mercredi 10
septembre. Ce texte exige du gouvernement qu’il revoie sa copie en matière
de « riposte graduée ». Concrètement, cette expression désigne une politique
fondée sur la surveillance généralisée des réseaux et sur la mise en place
d’une politique d’exclusion des internautes via leurs fournisseurs d’accès
en cas de comportement contraire à la loi, c’est-à-dire en cas de
téléchargement illégal de fichiers musicaux ou de films.

Cette pétition est désormais ouverte à tous sur le site d’Internet mon
amour, le collectif d’« artisans » du réseau (chercheurs, artistes,
critiques, observateurs et activistes) à l’initiative du texte. Elle sera au
centre d’une Rencontre Internet Mon Amour « hors les murs » à Strasbourg le 27
septembre 2008, à deux pas du Parlement européen.
Les Rencontres Internet Mon Amour ont été initiées à Paris au Centre
Pompidou au début 2008.

Pourquoi le parlement européen ? Parce qu’il étudie en cette rentrée le « 
paquet Télécom » grâce auquel la France tente de gagner du terrain en termes
de « riposte graduée ». Des signataires et un représentant de la Quadrature
du Net, un des groupes d’influence qui ¦uvrent contre ce texte, seront
présents à Strasbourg dans le cadre du festival de musique électronique de
l’Ososphère, le 27 septembre à 15h.

La pétition :

« Téléchargez-moi »

Le projet de loi « Création et Internet » que le Parlement doit adopter cet
automne nous préoccupe. Il est en total décalage avec notre réalité, bien
loin de la « Création » et encore plus de cet « Internet » dont il prétend
vouloir réguler les pratiques. Cela dit, il semble très naturel qu’une
communauté de cinéastes « défendent cette loi sans réserve » et se fendent
d’une tribune intitulée « Culture ne rime pas avec gratuité » dans « Le Monde
 » du 8 juillet. Comme il semble naturel que l’enjeu industriel soit au c¦ur
de cette loi.

Sauf que. Depuis les débuts du World Wide Web, nous nous sommes pris au jeu
de cette mutation et existons 1.0, 2.0, et demain 3.0. Nous sommes les
créateurs de demain, sans prétention aucune. Très sérieusement et depuis
longtemps, nous nous posons la question du droit d’auteur, celle de la
diffusion des ¦uvres sur les réseaux et de leur réception. Tout comme nous
nous posons la question de l’économie de la création, sur l’Internet et
ailleurs.

Ce projet de loi est contraire à nos pratiques, tout comme il est
extrêmement méprisant des usages et totalement ignorant d’un monde
simplement contemporain.

- Nous souhaitons qu’un projet de loi intitulé « Création et Internet »
prenne en compte nos processus de création. C’est un droit.
- Nous désirons partager et être téléchargés, sans filtrage aucun. C’est une
nécessité.
- Nous espérons que le principe démocratique selon lequel l’¦uvre existe ou
n’existe pas au travers du regard de l’autre s’applique à cette multiplicité
que d’autres nomment « piratage ». C’est une revendication.

L’auteur, le créateur, le spectateur, a muté. L’¦uvre est regardée, écoutée,
partagée, comme jamais auparavant. Et c’est pourquoi créateurs et regardeurs
ne peuvent être filtrés par une loi obsolète et crétine. Une loi qui
asphyxie la « Création » et « l’Internet ».

Premiers signataires :

Adrien Mondot, Agnès de Cayeux, Alain Escalle, Albertine Meunier, Alexandre
Perigot, Anne Laforet, Annie Abrahams, Arno Fabre, Bérénice Belpaire, Bruno
Samper, Caroline Hazard, Cécile Babiole, Cédric Pigot, Chloé Delaume,
Christian Vialard, Christophe Bruno, Christophe Fiat, Christophe Jacquet dit
Toffe, Claude Closky, David Guez, Dinah Bird, Electronic Shadow (Yacine Ait
Kaci et Naziha Mestaoui), Emmanuel Maa Berriet, Emmanuelle Gibelo, Eryck
Abecassis, Etienne Cliquet, Etienne Mineur, France Cadet, Franck Ancel,
Francis Mizio, Gilbert Quélennec, Grégoire Courtois aka Troudair, Grégory
Chatonsky, Invader, Jacques Perconte, Jan Kopp, Jean-Noël Montagné,
Jean-Philippe Renoult, Jean-Philippe Roux, Jérôme Joy, Joachim Montessuis,
Julien Lassort, Karine Lebrun, Karen O’Rourke, La Boîte Blanche, Louis Bec,
Loz, Luc Dall’Armellina, Luc Martinez, Lucille Calmel, Lydwine van der
Hulst, Lynn Pook, Magali Daniaux, Martin Le Chevallier, Mathieu Briand,
Michaël Borras aka Systaime, M. Chat (Thomas Vuille du Collectif Chat),
Nicolas Boone, Nicolas Clauss, Nicolas Frespech, Olga Kisseleva, Olivier
Auber, Olivier Le Gal (collectif MU), Pascal Lièvre, Pascale Gustin,
Paul-Armand Gette, Pavel Smetana, Pierre Beloüin (Optical Sound), Philippe
Castellin (Akenaton/Doc(k)s), Philippe De Jonckheere, Philippe Langlois,
Philippe Quesne, Pierre Bongiovanni, Pierre Giner, Ramona Poenaru, Roland
Cahen, Shu Lea Cheang, Stéphane Sautour, Sylvie Marchand (Gigacircus),
Thierry Théolier aka THTH, Triny Prada, Valéry Grancher, Vincent Elka aka
Lokiss, Vincent Epplay, Wolf Ka (Compagnie Respublica), Xavier Cahen.

Le site de la pétition :
http://www.internetmonamour.fr

Le site des Nuits de l’Ososphère
http://www.ososphere.org/2008/

La pétition sur Poptronics, l’agenda des cultures électroniques
http://www.poptronics.fr/Telecharge...

La pétition dans « Libération » :
http://www.liberation.fr/rebonds/35...

Contact :
mailto:petition@internetmonamour.fr

mailto:info@poptronics.fr


Voir en ligne : Internet mon amour

Messages