Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Fractures dans la fracture

Fractures dans la fracture

mercredi 4 juillet 2007

La fracture numérique, qui sépare et oppose ceux qui sont inclus et utilisateurs des environnements numériques, et ceux qui ne le sont pas, est un sujet fort débattu, faisant l’objet de réflexions et d’actions spécifiques souvent au niveau des Etats. Mais avec l’agrandissement du nombre d’utilisateurs, c’est d’autres factures qui apparaissent ; à l’intérieur même de la catégorie désignant ceux qui sont connectés. Deux récentes notes en rendent compte, selon deux lignes très différentes :

La première est sociale avec la publication par une chercheuse américaine spécialiste des logiciels sociaux, Danah Boyd, d’un article fort remarqué sur la distribution sociale des adolescents dans deux des réseaux les plus importants dans le monde anglophone : Myspace et Facebook. Elle montre en particulier que la construction des réseaux sociaux via ces logiciels s’appuie fortement sur la sociabilité scolaire, ce qui a des conséquences en terme de distribution sociale dans l’un ou l’autre d’entre eux. Ces plate-formes se différencient fortement au niveau des interfaces, mais aussi des types de comportement, du vocabulaire et des moeurs qui y sont pratiqués, construisant des sortes de sous-culturels différenciées, voire clivées.

La deuxième est générationnelle, avec un billet très intéressant publié par Martin Lessard, un consultant canadien dans le domaine des nouvelles technologies, sur la fracture générationnelle. S’appuyant en particulier sur un récent article du New York Times, il montre que chaque génération reste attachée au type d’écran avec lequel elle s’est construite. Autrement dit, il s’agit aujourd’hui moins d’opposer des « vieux », qui seraient les tenants de l’imprimé contre des « jeunes », fatalement fascinés par les écrans, que de voir qu’il y a des générations de la télévision, des générations de l’ordinateur, des générations du téléphone portable. Et derrière le type d’écran, c’est évidemment des types de communication qui sont marqués, là encore, par des clivages importants.


Voir en ligne : Viewing American class divisions through Facebook and MySpace

Messages