Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Parution : L’entonnoir. Google sous la loupe des SIC

Parution : L’entonnoir. Google sous la loupe des SIC

dimanche 14 juin 2009

Google est une entreprise jeune. Elle est pourtant l’objet d’une longue série de publications visant à encenser, dénoncer, mieux comprendre quelquefois le succès foudroyant du célèbre moteur de recherche mondial.

Dernier ajout sur la liste de cette déjà longue « googlographie », L’entonnoir vise à analyser le système Google du point de vue des sciences de l’information et de la communication. Traditionnellement définie comme une « inter-discipline » plutôt que comme une discipline, l’"infocom" a cette particularité de permettre le développement d’analyses alliant plusieurs niveaux : technologiques, sémiotiques, et sociologiques. C’est en tout cas ainsi que se présente cet ouvrage collectif, et c’est ce qui en fait certainement la richesse. Car ce sont à la fois les technologies de traitement de l’information qui y sont analysées, et les usages de recherche d’information (en particulier dans les publics étudiants), mais aussi l’interface elle-même, sans oublier le « discours » produit par l’entreprise Google Inc. à destination de ses utilisateurs, salariés, actionnaires.

Quant aux usages de recherche d’information en milieu étudiant, les deux chapitres qui y sont consacrés rappellent utilement que la maîtrise pratique des nouvelles technologies par les jeunes générations, dites « de l’Internet », ne s’accompagne pas de compétences informationnelles qui pourraient leur permettre à la fois de contextualiser, mais aussi de classer, qualifier ou affiner l’information retournée par les outils de recherche utilisés.

Une partie centrale de l’ouvrage, très intéressante, interroge la notion de pertinence sur laquelle repose l’algorithme de classement qu’utilise Google. Intitulé « Pagerank : entre sérendipité et logiques marchandes », ce chapitre a le mérite de replacer ce fameux algorithme dans une histoire plus longue, qui trouve ses origines dans les travaux d’Eugene Garfield dans les années 60. Les liens qui unissent, dans les sciences de l’information, le développement de la scientométrie en particulier avec le Pagerank de Google sont propres à éveiller l’attention. De la même manière, le place centrale qu’occupe dans ces mêmes disciplines, et chez Google tout autant, la notion de sérendipité, ou l’art de trouver ce que l’on ne cherche pas, sont passionnants.

Une dernière partie tente d’analyser, de manière moins convaincante, pensons-nous, le « discours » que la firme de Mountain View déploie autour de son activité. C’est évidemment le célèbre « don’t be evil » qui fait ici l’objet d’analyses détaillées, mais aussi l’affirmation à vouloir organiser l’information mondiale, tout autant que d’autres éléments de la « philosophie en dix points » de Google. Il est un peu dommage qu’au cours de toute cette partie, on oublie passablement qu’une bonne part des déclarations prises sous la loupe de l’analyse relèvent quand même de l’argumentaire commercial, voire publicitaire, et qu’en tout état de cause, elles ne peuvent pas être prises au pied de la lettre - à moins de le faire aussi pour tous les discours publicitaires, et dans ce cas le monde devient effectivement très effrayant.

Très utile et éclairant en ce qui concerne le moteur de recherche Google, l’ouvrage est un peu rapide, et c’est dommage, sur l’univers d’applications et de services qu’offre la firme à ses utilisateurs (courrier, calendrier, éditeur bureautique, plateforme de vidéos, réseau social, blogs, régie publicitaire, cartographie et photographie topographique, et ainsi de suite), en train de se construire par interrelations de plus en plus importantes, et qui fait que le moteur de recherche n’est plus qu’un élément parmi d’autres dans l’"univers Google". Si cet univers est finalement moins analysé que le moteur de recherche lui-même au coeur de l’ouvrage, il fait pourtant l’objet des deux textes qui ouvrent et terminent l’ouvrage ; a savoir d’une part la préface de l’éditeur, lui aussi enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication, et d’autre part, la conclusion, sous la forme d’une courte fiction d’anticipation.

Celle-ci, rédigé par le célèbre auteur de science-fiction, Corry Doctorow, et traduite en français pour l’occasion, présente un futur de cauchemar où toutes les informations personnelles accumulées par la firme du fait d’une utilisation globale et intensive sur tout un chacun est mis au service du gouvernement américain et de sa paranoia anti-terroriste. Tous suspects, sur la base des traces d’usages que nous laissons via nos requêtes de recherche d’information ou la publicité contextuelle qui accompagne nos messages électroniques, tel est le message de cette nouvelle intitulée Scroogled.

Là peut-être réside un point de débat qui pourrait être ouvert avec les auteurs de cet ouvrage, qui se présente, par ces textes liminaires et conclusifs, comme un signal d’alarme sur les dangers que Google fait peser sur rien moins que la liberté d’expression, le respect de la vie privée, mais aussi, finalement, le pluralisme des représentations du monde. Or, la nouvelle de Doctorow est révélatrice : écrite en 2007, sous le second mandat de Georges Bush, elle peut autant être lue comme une dénonciation de la concentration de toutes nos informations personnelles entre les mains de Google, que comme une anticipation de ce que cette concentration peut entraîner lorsqu’elle est conjuguée à une politique intrusive, paranoïaque et mettant gravement en cause les droits de l’Homme, comme celle qu’a menée l’administration Bush, en particulier après le 11 septembre. Autrement dit : cette nouvelle dénonce-t-elle vraiment le pouvoir de Google ? ou tout autant celui d’un état policier, qui peut effectivement voir en Google une base de données particulièrement utile à ses agissements ? La question est importante, parce que de sa réponse dépend évidemment l’orientation de l’action destinée à écarter ces dangers.

B. Simonnot et G. Gallezot (dirs.) L’entonnoir. Google sous la loupe des sciences de l’information et de la communication. c&f éditions. Caen. 2009


Voir en ligne : L’entonnoir

Messages